UN MONT BLANC IMMACULÉ






Il fait chaud, et en regardant par la fenêtre, rien ne semble indiquer que nous sommes à la fin de l’automne. La semaine dernière, la séance photo à Alagna dans le Valsesia a été annulée car la tempête qui était prévue ne nous a pas apporté les chutes de neige escomptées. Ce week-end par contre, Nimbus indique qu’il va neiger. Mais où ? Dans la Vallée d’Aoste, près du Mont Blanc !
L’objectif sera de recueillir des données sur le paysage et ses transformations pendant la transition entre l’automne et l’hiver.
Nous choisissons Val Ferret.
Un des aspects de mon travail que j’aime le plus est de collecter ces données sur le rythme du changement des saisons : la métamorphose de la forêt, les événements météorologiques et leur caractère, leur force, et leur extraordinaire beauté.
Nous avons été surpris par une tempête de neige qui a duré quatre jours qui nous a laissé admirer le panorama du massif du Mont Blanc que de manière intermittente.
A cause de nuages accrochés aux parois rocheuses, nous n’avons pu qu’entrevoir le sommet du Mont Blanc, qui domine la scène à 4810 m, bordé par l’Aiguille Noire et les Dames Anglaises.
Des images de forêts enneigées dans nos objectifs et des lumières de couchers de soleil majestueux… le glacier Miage débouchant au loin dans le Val Veny… voilà ce qui a nourri notre reportage et notre histoire pour le mois de novembre.

LE PROJET CONTEUR D’HISTOIRES OUTDOOR (OST PROJECT)

Le Projet "OST Project" représente l’évolution naturelle de mon travail que j’ai commencé il y a environ 25 ans avec une pellicule d’appareil photo qui a petit à petit laissé place aux nouvelles technologies numériques.
Depuis le début, mon travail consiste à raconter des histoires au travers des images. Une narration visuelle continue qui s’étale maintenant sur un quart de siècle.
Les gens aiment de plus en plus entendre raconter des histoires authentiques. Ils aiment s’identifier et se projeter, notamment grâce à l’aide des mots et des images.
J’aime parler et écrire sur le sujet de la montagne en ne me limitant pas qu’aux exploits sportifs et aux situations extrêmes. Je recueille des notes et capture des images de lieux, d’histoires et de gens.
Je décris et rends compte d’événements et de performances sportives, mais plus que tout, j’aime profondément raconter les histoires de ceux qui habitent dans les montagnes et qui vivent avec elles, à leur façon.
J’aime décrire, au-delà de l’exploit, l’univers de la montagne. Et la montagne ne se limite pas qu’à ça.
Cela peut être une histoire sur la culture alpine où le protagoniste est un berger qui revient d’un alpage, ou encore un snowboarder qui utilise sa liberté d’expression en dévalant une pente recouverte de poudreuse et en y inscrivant sa trace sur une surface vierge.
Il peut m’arriver de relater une histoire de randonnée en haute altitude, ou de personnes vivant et travaillant dans les montagnes par choix, ou tout simplement car ils y sont nés et sont toujours liés à elles.
Les montagnes, selon qu’on décide de les appréhender à certains rythmes, semblent restreintes à un petit nombre d’entre nous… mais elles ne doivent pas seulement être synonyme de difficulté et de verticalité. Elles sont le domaine de tous.

 


ESCALADE SOUS LE SOLEIL DE MINUIT