LEAP OF FAITH


Poncione d’Alnasca (2,301 m),
Val Verzasca, Canton du Tessin, Suisse
Face Sud

(8a+/b max; 7b+ obb.; 500 mt)

Configurateurs de la voie: M. Della Bordella, L. Auguadri, D. Bacci 2015–2016

Première ascension libre: A. Zeni and M. Della Bordella 31/10–1/11/2020







"Boucler la boucle"


 

Aussi imposante qu'une pyramide d'Egypte, avec un pic dirigé vers le ciel telle une flèche, la face sud du Poncione d'Alnasca a captivé des générations d'alpinistes et de grimpeurs, de Comici à Bonatti, de Pedrini à Quirici, mais en dehors des locaux, c’est surtout des passionnés qui la connaissent.

Le défunt Erminio Ferrari a écrit à propos de cette face: «Et plus qu'une montagne, c'est une histoire d'hommes. Pour gravir le Poncione d'Alnasca il vous faut vos jambes, cœur, bras, ingéniosité, force, amour, colère, douleur et vos rêves." J'aime à penser que cette fois, c'est nous qui avons offert notre petite contribution à cette belle histoire, nous avec nos rêves et nos ambitions, nous qui avons partagé l'effort, la joie, les longues chutes, les nuits suspendues en bivouacs sous les étoiles, nous qui nous sommes déshydratés sous le soleil brûlant de mai et qui avons claqué des dents en décembre à l’aube.

Avec la «Leap of Faith», nous avons bouclé la boucle. Une boucle qui s'est ouverte bien avant que j'ai placé le premier piton sur cette voie, pendant les années où je considérais encore les parois dans le canton de Ticino comme un nouveau monde à explorer, une vraie terre d'aventure juste à un pas de chez moi, où mes amis et moi sommes allés nous mettre à l'essai, nous amuser, et surtout nous échapper de nos routines quotidiennes.

Pour nous tous, la face sud de l'Alnasca était la reine des parois. Nous l'avons regardée du bas avec une certaine frayeur car elle consistait en 500 mètres de granit vertical avec une longue approche depuis le fond de la vallée.

Luca Auguadri, originaire de Chiasso au Tessin et mon fidèle compagnon d'aventures avec lequel j'ai développé de nouvelles voies au cours de ces années, a été le premier à me parler de la possibilité d'ouvrir une nouvelle voie sur la partie gauche de l'Alnasca.

Mais dans l'intervalle de temps entre les paroles et les actes, quelques années ont passé. Des années passées à répéter et à essayer de connaître à fond ce lieu et cette paroi, à ne faire plus qu'un avec l'environnement, avec ses dalles lisses et ses silences. Il a fallu des années pour se convaincre que le moment était enfin venu d'essayer, car si nous attendions plus longtemps, notre idée disparaîtrait et s’évaporerait comme neige au soleil.

 

 

À l'automne 2015, la voie a pris forme. En plus de Luca et moi, il y avait ma partenaire, Arianna Colliard, qui m'a accompagné sur la première cordée, et David Bacci, qui peu après a passé deux jours sur la paroi avec Luca, jusqu'à ce qu'ils atteignent l'arrête après la sixième longueur. Nous avons développé la voie dans le style que nous avons adopté au fil du temps: escalade libre autant que possible, en essayant d'utiliser des friends et des coinceurs pour nous protéger; puis pitons là où d'autres types de protection ne peuvent pas être utilisés.

Après quelques jours passés à se battre sur ces dalles escarpées avec David, terminer la voie avec Luca s'est avéré inoubliable. En décembre, avec une inversion de température marquée, les conditions étaient parfaites pour escalader la face sud. Au-dessous de nous, une mer de brouillard, léchant le pied de la paroi comme des vagues au bord d'une falaise. Au-dessus de nous, un ciel bleu bien dégagé baigné de l'air vif de l'hiver qui débute. Mais notre boucle n'était faite qu'à moitié. Pour la terminer, il nous fallait faire toute la voie en escalade libre: 16 longueurs au total pour environ 500 mètres de dénivelé!

Au printemps 2018, l'escalade libre devient l'un de mes objectifs cette année-là, et j'ai organisé plusieurs sorties avec différents partenaires d'escalade pour étudier et tenter de passer toutes les longueurs en libre. Luca Moroni, Enzo Scossa-Romano, Francesco Deiana et, encore une fois, Luca Auguadri sont venus avec moi sur la paroi pendant au moins deux jours chacun. Escalader en libre la «Leap of Faith» est un projet passionnant et stimulant plein d'obstacles, en raison de l'état de la paroi et du type d'escalade extrêmement exigeant mais aussi de son côté imprévisible. Il y a deux ou trois jetés seuls, où la dernière chose que vous voulez faire est de retirer vos deux mains et sauter dans le vide, dans l'espoir d'atteindre la prochaine prise.

Lentement, la saison 2018 s'est terminé, et je suis rentré chez moi presque les mains vides: Je pratique toutes les longueurs individuelles en escalade libre sauf une, où même après plusieurs tentatives, je parviens à peine à relier le bloc à la corde supérieure.

 



Listen to the Podcast:




 

Je me convaincs que peut-être cet itinéraire est trop difficile en libre pour moi. Je suis un peu confus et je ne sais pas quoi faire. J'ai besoin d'une nouvelle idée, j'ai besoin de changer un peu mon approche. 2019 passe vite: Bhagirathi, la Patagonie, le Pakistan, mon livre et la naissance de mon fils occupent mes pensées et consomment la plupart de mon énergie et de mon temps. À la fin de l'année, une nouvelle idée me vient: «J'inviterai quelqu'un de plus fort que moi, quelqu'un dont je respecte l'approche et avec qui j'aimerais m'associer pour faire une belle voie ... Voyons voir comment ça va se passer… Si quelqu'un d'autre y arrive en libre, je serai tout de même très heureux. Et qui sait, peut-être que voir un meilleur grimpeur en action m'incitera à faire mieux

Parmi le panel riche et diversifié de jeunes grimpeurs talentueux, Alessandro Zeni, à mon avis, s'est toujours démarqué ces dernières années, non seulement pour son talent et ses ses techniques, mais aussi pour son développement et exploration de tout le monde vertical. Je le suivais depuis un certain temps, et quand nous avions escaladé des falaises ensemble, il m'avait immédiatement impressionné par sa capacité à lire le rocher, avec ses mouvements, avec la façon dont il adhérait et dansait sur les plus petites irrégularités des dalles de calcaire verticales. J'avais fêté la fin de son grand projet à Saint-Loup en Suisse quelques mois plus tôt, et sachant qu'il était ouvert et motivé pour tenter de nouvelles expériences et de grandes parois, j'ai pensé que ce serait bien de lui proposer de venir avec moi sur cette voie. Je soupçonnais que c'était en fait bien en dessous de ses capacités, mais j'étais sûr que ce serait toujours une bonne occasion de vivre quelque chose ensemble et d'apprendre quelque chose de nouveau l'un de l'autre.

 

 

Ale a volontiers accepté mon invitation, et ainsi, après avoir dû sauter la saison de printemps en raison du confinement dû à l'épidémie de coronavirus, nous nous sommes retrouvés fin septembre par une journée humide et brumeuse pour une première inspection de la voie. Il ne lui a pas fallu longtemps pour s'habituer aux 1300 mètres de dénivelé positif pendant l'approche, pour tirer un sac de 30 kg, ou pour dormir pour la première fois sur un portaledge sur la paroi ... et après quelques tentatives, il arrive à passer les deux longueurs les plus difficiles. Mais il est freiné par l'étrange jeté humide sur la troisième longueur, et il ne peut tout simplement pas l'exécuter ce jour-là.

Nous revenons un mois plus tard, et cette fois Tommy Lamantia, Fulvio Mariani, Nicolò Mariani, Mario Casella et Andrea Peron sont également avec nous. Ils veulent prendre des photos et des vidéos pour un court métrage sur cette voie et la montagne. Nous passons trois jours inoubliables dans ce petit coin de la vallée de la Verzasca: la météo d'automne est parfaite, il y a une légère brise et la pleine lune nous tient compagnie et nous éclaire tel un phare pendant notre nuit sur la paroi.

Cette fois, Ale réalise le jeté qui l'avait stoppé auparavant, et il termine la première ascension libre de la «Leap of Faith» avec élégance!

Je suis parti du parking avec une attitude un peu défaitiste, mais après l'avoir vu grimper avec autant de précision et de détermination, je me suis à nouveau motivé et je concentré sur mes limites. Au final, à ma grande surprise, j'ai passé en libre toutes les longueurs les plus dures de la voie, y compris celle qui m'avait repoussé plusieurs fois deux ans plus tôt! Quand je franchis le pas décisif sur la dixième (celle qui donne son nom à la voie), j'ai une grosse montée d'adrénaline, et rien que d'y penser, j'en ai les mains moites. C'est dommage qu'une chute sur une partie plus facile de la troisième longueur ait terni ma performance, mais je n'ai pas eu le temps de refaire cette traversée. Cela n'a pas d'importance. Peut-être que cette fois, moi aussi, je recherchais davantage l'expérience que la performance. La boucle est enfin bouclée.



experience by

Matteo Della Bordella