CHRISTOPHE DUMAREST





KARPOS ET CHRISTOPHE DUMAREST

 

Les montagnes ne nous divisent jamais.


Elles nous unissent! Nous ressentons la même chose sur une pente accidentée, devant la difficulté, le plaisir d’avoir atteint le sommet et ce qui se trouve au-delà. Les gens sont plus semblables que l’on peut imaginer. C’est en tous cas ce que nous avons toujours pensé.

Les montagnes nous unissent! Il n’y a pas de frontières. Les difficultés s’estompent quand les gens partagent la même expérience. Même les problèmes liés à la langue disparaissent. Christophe est l’un de nous, et il sera des nôtres pendant ce voyage que nous allons faire tous ensemble.



BIOGRAPHIE DE CHRISTOPHE DUMAREST

 

J'ai l'habitude de dire que je suis né dans un sac à dos. Mes parents, passionnés de montagne, notamment mon père m'ont fait découvrir la montagne très jeune. Fils d'horticulteurs qui travaillaient très dur la semaine, nos week ends et nos courtes vacances étaient dédiées à la montagne.

C'est comme cela qu'avant mes 10 ans j'ai atteint mon premier 4000 et déjà fait quelques belles escalades ou versant nord, comme l'aiguille de la Dibona, l'arête sud de la Chapelle de la Glière, la face nord de la Tsantelena... Très vite c'est moi qui suis passé devant, en tête de cordée, pour finalement assez vite emmener mon père en montagne!

 

Plus tard j'ai pu intégrer le groupe régional d'alpinisme et progresser au sein d'une équipe de grimpeurs actifs supervisés par un coach. Nous avons terminons notre cursus de 2 ans par l'ascension de certaines des plus belles et plus dures cascade du canada.

A cette période je commence à m'encorder avec Patrick Gabarrou dont j'avais fais la connaissance à 13 ans dans un voie calcaire des Alpes du Nord. Dans les années 2000 nous ouvrons ensemble en face sud du Mt-Blanc (Patagonic) en Face sud du Täeshorn (Misericorde) en face Nord des Grandes et des Petites Jorasses (Heidi, Pilier Tchoua) au pilier du Freney (Jean-Chri), ainsi qu'un certain nombre de belles cascades de glaces ou encore ce bel l'enchainement entre Mt Rose / Cervin.

C'est aussi à cette époque que j'intègre l'équipe nationale de la FFME (ENJA) avec Christophe Moulin comme coach. Nous partons pour la Norvège en hiver pour une ascension épique de 5 jours dans le Troll Wall puis en Alaska sur le Buckskin glacier et sa face gigantesque de Moose's tooth.

 

 

C'est dans cette sélection nationale que je fais la connaissance d'Aymeric Clouet avec qui je vais grimper durant 10ans. Cette nouvelle cordée AC//DC (Aymeric Clouet/Dumarest Christophe) va nous mener vers les premiers enchainements dans le massif du Mt Blanc et des Ecrins, mais aussi en Alaska, au TIbet, au Chili ou encore en Patagonie où nous répétons la Supercanaleta et ouvrons un beau pilier sur sa gauche qui nous mènera pour la seconde fois au sommet du Fitzl Roy à peine 10 jours après notre arrivée.

Avec Aymeric et bien d'autres compagnons nous gravissons certaines des plus belles voies de la planète escalade une douzaine de voies dans la face nord des Grandes Jorasses et au moins la moité dans les Drus (dont la première répetition en hiver de la voie Lafaille / 9 Jours) mais aussi: "Attraverso il pesce" / Marmolada, "Cruz del Sur" / Sphinx / Perou, "Eternal Flamme" / Tour Sans nom de Trango / Pakistan, Cobra Pilar / Barril / Alaska).

 

En même temps nait la passion des enchainements ou la créativité prend le pas sur le chronomètre. C'est ainsi que sont nés des périples comme le "Meridien des Ecrins" (traversée de l'Oisans par les versants nord), "l'enchainement Royal" (voie Gabarrou au Nant Blanc et aux Jorasses), la traversée Mt Rose/Cervin, le projet à l'est des 3 Mont-Blanc (3 voies en face Est des 3 mt Blancs), l'enchainement Bonatti (Jorasses/Gd Capucin/Pilier Rouge), Tour de la chaine des Fiz (par les voies d'escalade les plus difficiles), du massif de la Chartreuse.

 

Aujourd'hui j'essaie de privilégier l'aventure et les ascensions aux portes de la maison pour réduire mon impact sur l'environnement et prouver qu'avec un peu d'inspiration et de créativité de belles choses sont encore possibles dans les Alpes, notamment en y associant la voie des airs et le parapente pour accéder et descendre des montagnes.

 

Rêver, grimper et partager sont pour moi les trois versants d'une même montagne. C'est pourquoi j'ai à coeur à travers les articles, les films et les réseaux sociaux de partager ma vison de la montagne et de tout ce qu'elle m'apporte.

 

Aujourd'hui je trouve en Karpos au delà de la qualité des produits une marque qui s'inscrit dans cette tradition de l'alpinisme avec toujours le souci d'innover pour accompagner les grimpeurs dans leurs performances et leurs projets les plus fous. Une entreprise composée de passionés, réactive pour le développement des produits et prête à m'accompagner dans mes projets les plus ambitieux, c'est tout que je recherche!